AGUILAR

 

     001.jpg

     Le château d’Aguilar est un château Cathare. Il est édifié à un point stratégique, sur une colline surplombant la plaine de Tuchan, il surveille l’accès aux corbières. Le nom  "Aguilar"  viendrait du latin  "aquila"  qui signifie l’aigle. On trouve la première mention du Puy d’Aguilar en 1020, dans le testament, de Bernard Taillefer comte de Besalù, arrière petit- fils de Wilfred le Velu, qui le lègue à son fils aîné Guilhem. Plus tard, il devient "Château d’Aguilar"  appartenant aux seigneurs de Termes, vassaux des Trencavel. On ignore si à cette date Aguilar était un lieu habité et si une fortification y existait car la première mention du château remonte à 1240. À une date inconnue, peut-être vers la fin du XIe siècle, Aguilar entre dans le patrimoine des seigneurs de Termes. Olivier de Termes, dépossédé par le roi de son château de Termes en 1228, fait d'Aguilar sa résidence principale. C’est probablement à lui que l’on doit la construction de la partie centrale du château et le développement du village fortifié qui flanquait le château au sud. Cette place fut avec Termes, Quéribus, Puilaurens et Peyrepertuse, l'un des "cinq fils de Carcassonne".  Il est occupé par les troupes de Simon de Monfort en 1210, qui envoient le comte Raymond de Ternes dans un sombre cachot à Carcassonne. Le château ne jouera aucun rôle militaire pendant 30 ans.  Pendant l’été 1240, le château sert de point de rassemblement aux chevaliers qui se rallie à la révolte du vicomte Trencavel avant de faire le siège de Carcassonne. Aguilar devient le refuge de nombreux "faydits" (chevaliers cathares, seigneurs sans fief). Mais Olivier de Termes fera allégeance au roi de France Louis IX. En mai 1241 il remet son château d’Aguilar et le Termenès à Louis IX. Le château devient une forteresse royale, dirigé par un châtelain dont le premier est cité en 1246. Cependant dix ans plus tard saint Louis rend à Olivier, Aguilar et la plus grande partie du Termenès en raison de son bon comportement en Terre Sainte. Il le vend à Saint Louis en 1262. Malgré les modifications des ingénieurs royaux à la fin du XIIIe, il est malmené par les luttes qui opposent français et espagnols au XVIe.  Le château perd tout intérêt stratégique lorsque la frontière est repoussée au sud du Roussillon par le traité des Pyrénées de 1659. le château est alors renforcé entre le milieu du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle par une seconde enceinte munie de tous les perfectionnements techniques de l’époque. Cette seconde enceinte est en partie construite sur le village fortifié qui disparaît dans le courant du xive siècle.

     Malgré des défenses perfectionnées, la faiblesse de la garnison rend le château particulièrement vulnérable. En 1387 une compagnie de 300 routiers s’en empare de nuit avec leurs échelles. De là les routiers rançonnent les marchands catalans. Mais ils sont battus par une armée envoyée par le roi d’Aragon. En 1525, le château est conquis par Charles Quint. En 1542, après l’échec du siège de Perpignan, le château, dans lequel s’est retiré une partie de l’armée française, est attaqué par les Espagnols. L’année suivante une garnison d’Allemands à la solde de Charles Quint s’en empare. Le château est restitué au roi de France l’année suivante, en 1544, après la signature de la paix entre François Ier et Charles Quint. Une garnison royale occupe les lieux jusqu'à la signature du traité des Pyrénées. Le château tombe alors peu à peu en ruine jusqu'à son classement comme Monument historique le 2 juillet 1949.

 

 plan-du-chateau-1.jpg

     Le château est situé sur une colline de 96 mètres de hauteur surplombant la plaine de Tuchan. Le Château d’Aguilar est composé de deux enceintes hexagonales. L’enceinte primitive (XIIIe) se composait de deux salles superposées. Le logis du châtelain et la salle basse du corps de garde qui était éclairée et défendue par cinq archères voûtées, d’une architecture rare et remarquable dans la région. L’enceinte extérieure (XIVe) est flanquée de six tours semi-circulaires ouvertes à la gorge, c’est à dire sans mur intérieur pour contrecarrer les attaques. Aguilar à cette période, est doté de plusieurs systèmes de défense. Avec ses tours, ses angles de tir, sa barbacane, ses assommoirs... Aguilar était un parfait exemple de défense. Une chapelle de tradition romane dédiée à Sainte-Anne, s’élève à l’extérieur de l’enceinte, sur le versant occidental. La nef est voûtée en berceau et éclairée par deux fenêtres ébrasées.

 

3-1.jpg       

 

  006.jpg          

 

005.jpg       

 

  004.jpg          

 

007.jpg       

 

  009.jpg

 

010.jpg         

 

 011.jpg

 

 

 

012.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×