Boileau

 


BOILEAU: Nicolas Despréaux dit (Paris 1636 - 1711).
          Il est né le 1er novembre dans une famille de bourgeoisie parlementaire. Il est le cinquième enfant du remariage de son père et le quinzième de la famille. Il fait de bonnes et solides études à Beauvais et commence des études de théologie, il se tourne vers le droit. Il est avocat et admis au barreau en 1656 mais il ne plaide pas. La mort de son père en 1657, lui assure un revenu qui le met à l’abris du besoin. Il commence à écrire ses satires dès 1663, elles sont vives, d’habile facture, stigmatisent les mœurs du temps et ridiculisent les gens en place. Puis en 1669,  il se tourne vers les épîtres. En 1674 Mme de Montespan le présente au roi Louis XIV, et il est avec Racine nommé historiographe du roi en 1677. Il est élu à l’Académie française en 1684 et à l’Académie des inscriptions et médailles en 1685. Misogyne, il revient en 1694 à la satire et c’est aux femmes qu’il s’en prend. Il n’a jamais caché sa sympathie pour la logique et la dure morale de Port Royal, alors persécuté. A la mort de Racine, en 1699, il vient que rarement à la cour. Il se retire à Auteuil où il ne reçoit que des amis. Il s’éteint le 13 mai 1711. Ses principales œuvres sont les Satires (1666 à 1668), les épîtres (1669 à 1698), l’art poétique (1674), le lutrin (1693) réflexion sur les lutrins (1693). 


                             

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×