de Gaulle

 


DE GAULLE : Charles, André, Joseph, Marie (Lille 1890 - Colombey-les-deux-Eglises 1970).
          Premier président du Gouvernement provisoire, du 26 août 1944 au 20 janvier 1945. Il rentre à Saint-Cyr en 1909, et se distingue lors de la première guerre mondiale. Il est blessé et fait prisonnier à Douaumont le 2 mars 1916. Il est porté disparu. Sa mort est annoncée et Pétain lui décerne la Légion d’honneur à titre posthume. Pendant ces deux ans de captivité, il sera interné dans cinq camps et il fera cinq tentatives d’évasion. En 1922 il rentre à l’Ecole de Guerre et en 1925 il est nommé vice-président du Conseil supérieur de la guerre au cabinet du maréchal Pétain. Il expose dans plusieurs ouvrages “Le fil de l’épée” en 1932, “Vers l’armée de métier” en 1934, “La France et son armée” en 1938, sa conception d’une armée de spécialistes et prône l’utilisation massive de blindés. Il est nommé colonel en 1937. Il s’illustre lors de la bataille de France, en mai 1940. Il est nommé général à titre temporaire le 1er juin 1940. Le 6 juin 1940 il est appelé au gouvernement par Paul Reynaud. Adversaire de la capitulation, il part pour Londres et lance le 18 juin 1940 son appel pour la poursuite des combats. Reconnu à Londres comme chef de la France libre, il place en 1941, les forces françaises libres aux côté des alliés dans les campagnes du Liban et de Syrie. A la fin de 1942 les Américains débarquent en Afrique de Nord. En mai 1943 il gagne Alger et devient en octobre président du comité de Libération nationale. Le 3 juin 1944 le CFLN, se transforme en Gouvernement  provisoire de la République française. Le 6 juin, c’est le débarquement des Alliés en Normandie et le 10 août c’est le débarquement en Provence. Le 25 août le GPRF s’installe à Paris libéré. Président du GPRF, de 13 novembre 1945 alors qu’il n’avait pas posé sa candidature. Il démissionnera le 20 janvier 1946. Il crée le R.P.F. (Rassemblement  du  Peuple Français) en 1947. De  1948 à  1953 guerre d’usure entre les partis et le R.P.F. qui lutte contre l’abandon de l’Indochine et de l’Empire et contre la politique européenne et atlantique de Robert Schuman (création de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier, d’une armée européenne et d’un Marché commun), considéré comme une menace contre l’indépendance nationale. En 1958 une suite d’évènements ramène de Gaulle au pouvoir. Une rébellion armée en Algérie, un soulèvement en Corse, font que le président René Coty annonce qu’il a fait appel “au plus illustre des Français” pour former le gouvernement suite à la démission de  Pierre Pflimlin ( mai-juin 1958). Le 2 juin les pleins pouvoirs sont votés pour six mois. Le 4 septembre  la nouvelle Constitution est présentée. Le 28 septembre un référendum pour l’adoption de la Constitution instituant la Vème République est voté. 

Vème REPUBLIQUE :
          Le 21 décembre il est élu président de la République, mais il ne prendra ses fonctions que le 8 janvier. Il s’emploi à rétablir la situation. Le 1er janvier le “Franc lourd” est créé. L’Algérie accède à son indépendance le 18 mars 1962. En 1965, il se présente pour un second mandat. C’est la première fois que le président de la République sera élu au suffrage universel. Il conduit une importante politique de progrès et de modernisation de la France, ainsi qu’une politique étrangère mondialement reconnu. Il se retire de l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique Nord). Il dote la France  de l'arme nucléaire. Après les évènements de mai 1968, de Gaulle propose aux Français, en avril 1969, un référendum sur la régionalisation. C’est le “non” qu’il l’emporte. Le 28 avril le général de Gaulle démissionne. C’est le président du Sénat, Alain Poher, comme le veut la Constitution, qui devient président par intérim. Sous la  Vème République de nouvelles réformes voient le jour : nouveau régime de la sécurité sociale et allocations familiales, création de comités d’entreprises, création des commissariats au Plan et à l’Energie atomique, nationalisations ( des banques en particulier) De Gaulle se retire dans sa propriété de Colombey-les-deux-Eglises ou il rédige ses mémoires. Le soir du 9 novembre 1970, il meurt à la Boisserie laissant inachevées ses “Mémoires d’Espoirs”. Il s’est marié en 1921 avec Yvonne Vendroux et ils auront trois enfants, Philippe, Elisabeth et Anne.



                          

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×