Mac-Mahon

 


MAC  MAHON : Marie, Edmé, Patrice, Maurice comte de, duc de Magenta (Sully 1808 - Montargis 1893).
          IIIème République de 1870 à 1940. Troisième président de la IIIème République, du 24 mai 1873 au 30 janvier 1879. Né dans une famille aux lointaines origines irlandaises, il rentre à Saint-Cyr en 1825. Il participe à l’expédition d’Algérie en 1830 puis se distingue pendant la guerre de Crimée, au siège de Malakoff en 1855, en Italie par la victoire de Magenta en 1859 lui vaut le titre de “Duc de Magenta”. De 1864 à 1870 il occupa les fonctions de gouverneur général de l’Algérie. En 1870 à la tête de l’armée du Rhin, il fut battu à Wissembourg et à Froeschwiller. Il tenta de dégagé Bazaine replié sur Metz puis fut encerclé dans Sedan où il fut blessé et fait prisonnier le 1er septembre. Thiers le fait libérer et le place à la tête de l’armée versaillaise. Après la chute de Thiers, Mac Mahon est élu président de la République par la majorité royaliste de l’Assemblée nationale le 24 mai 1873. Il voit ses pouvoirs prolongés pour sept ans, durée jugée nécessaire par les royalistes pour la restauration de la monarchie. Il oblige Jules Simon, le président du conseil et républicain modéré, à démissionner le 16 mai 1877. Il dissout la Chambre des députés. Aux élections législatives du 14 octobre, la victoire des républicains est pour lui un désaveu, qui sera confirmé plus tard par les élections sénatoriales du 30 janvier 1879. Il démissionne le jour même. C’est pendant son mandat que s’établissent les lois constitutionnelles de la IIIème République. C’est aussi la progression des républicains au sein des deux assemblées et par l’échec de la restauration de la monarchie. C’est depuis la crise du 16 mai 1877 que le rôle du président de la République sera de plus en plus effacé et il sera relégué durant toute la  IIIème  République à un simple rôle de représentation.  Il meurt le 17 octobre 1893  au château de la Forêt, à Montcresson, près de Montargis. Il s’est marié en 1854 avec Elisabeth de la Croix de Castries, et de cette union naissent quatre enfants.

                             

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×