Pasteur

 


PASTEUR: Louis (Dole  1822 - Villeneuve-l'Etang 1895).
          Ce fils de tanneur est né le 27 décembre 1822 à Dole, dans le Jura. Il étudie au collège d’Arbois. En 1838 il s’installe à Paris pour préparer l’entrée à l’Ecole Normale, mais le jeune, qui ne s’habitue pas à la vie parisienne, revient chez lui et entre à l’école royale de Besançon. Il obtient son baccalauréat es lettres en 1840 puis es mathématique en 1842. En 1843 il entre à l’Ecole Normale Supérieure, à Paris, et en 1847 passe ses thèses de doctorat en physique et en chimie. Il s’intéresse à la cristallographie et il étudie la polarisation de la lumière par les cristaux. Il enseigne successivement à Dijon, Strasbourg puis à Lille, en 1854, où il est nommé doyen de la nouvelle faculté des sciences. En 1857 il quitte Lille pour Paris et devient administrateur de l’Ecole Normale Supérieure et directeur des études scientifiques. Il poursuit ses recherches sur la fermentation. Une polémique s’engage entre Pasteur et Pouchet au sujet de la génération spontanée des microbes et Pasteur en sort vainqueur. En 1865 il s’attaque à la maladie du ver à soie et conçoit un remède sauvant ainsi la sériciculture. Il est fait Chevalier de la Légion d'honneur en 1853, commandeur en 1868, grand-officier en 1878. Il recoit le Mérite agricole en 1883 pour ses travaux sur la fermentation et les vins. Il poursuit ses travaux sur la fermentation de la bière, , la maladie du charbon sur les moutons, le choléra des poules. Il préconise la « pasteurisation » et de se laver les mains avant toutes opérations ou interventions sur une plaie. Mais son grand combat est celui de la rage. C’est  le 6 juin 1885 que Pasteur reçoit le petit Joseph Meister, un jeune alsacien de neuf ans mordu par un chien enragé. Il commence  la vaccination le jour même et trois mois plus tard le jeune enfant est guérit. Il est élu à l’Académie française en 1881 et il dirige l’Institue Pasteur en 1888. Il meurt le 28 septembre 1895. Il épouse le 29 mai 1849, Marie Aimée Laurent. Ils ont cinq enfants mais trois meurent en bas âge de la fièvre thyphoïde.

                                   

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×