Rousseau

 


ROUSSEAU: Jean-Jacques (Genèvre 1712 - Ermenonville 1778).
          C’est le fils d’un horloger Genevoix, descendant de calvinistes émigrés. Sa mère meurt lors de son accouchement. Il est abandonné par son père à l’âge de dix ans. Il est livré à lui-même, et fait son éducation en autodidacte. Après plusieurs années d’apprentissages divers, il vient en Savoie. En 1728, il est recueillie par Mme de Warens. Il se convertit au catholicisme. Il exerce divers métiers, voyageant à pieds, puis retourne chez sa protectrice en 1732. De 1737 à 1740, pendant il séjourne aux Charmettes, c' est l’époque la plus heureuse de sa vie. Mais Mme de Warens, qui l’a initié à l’amour, le rejette. Il devient précepteur chez M. de Mably. Il souffre de solitude et d’incompréhension et tire de cette expérience le principe de sa philosophie. En 1741, il va à Paris. Il fait la connaissance de Voltaire et Diderot. En 1745, il débute une liaison avec Thérèse Levasseur qu’il épouse en 1768. Cinq enfants naissent qui sont tous abandonnés. Il devient célèbre en 1750 grâce à son oeuvre: "Discours sur les sciences et l’art" (réquisitoire contre la civilisation , dont les progrès favorisent l’immoralité. Il fait paraître, en 1755, "le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes" (il dénonce les méfaits de la vie sociale). En 1758, à la suite de sa Lettre à d’Alembert sur les spectacles, il se brouille avec Voltaire. Puis il écrit en 1761, "Elise ou la Nouvelle Héloïse", roman préromantique. En 1762 il écrit "Du contrat social", traité politique en faveur de la démocratie, et "l’Emile", un livre sur l’éducation privée. Il est poursuivi par le parlement et il se réfugie en Suisse. Il rejoint l’Angleterre en 1766. En 1767, de retour en France il publie "Le dictionnaire de la musique". Il termine ses "Confessions", et "les dialogues", où Rousseau juge Jean-Jacques. C’est en 1778, à Ermenonville, dans la demeure du marquis de Girardin, qu’il finit "Rêveries du promeneur solitaire". Il meurt brusquement la même année. Il est enterré dans l’île des Peupliers. En 1794, pendant la Révolution, la Convention fait transférer ses cendres au Panthéon. Son oeuvre a inspiré "la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen".

                                    

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×