Grevy

 


GREVY
: Jules (Mont-sous-Vaudrey  1807 - 1891).
         IIIème République de 1870 à 1940. Quatrième président de la IIIème République du 30 janvier 1879 au 2 décembre 1887, réélu le 28 décembre 1885. Jules Grévy est avocat et devient député à l’Assemblée constituante de 1848. Républicain modéré il s’oppose à l’Empire. Il est élu député au Corps législatif à partir de 1868. Il est élu à l’Assemblée nationale en 1871. Il  préside la Chambre des députés  à partir  de 1876. Le 30 janvier 1879 il est élu président de la République par la majorité républicaine des deux chambres. Il est réélu le 28 décembre 1885. A la suite du scandale du trafic des décorations dans lequel son gendre  Wilson est impliqué, il doit démissionner le 2 décembre 1887. Son mandat est marqué par l’établissement définitif de la République par la réforme de 1884, le retour des pouvoirs publics de Versailles à Paris et par le vote des grandes lois républicaines. Jules Ferry, président du Conseil, fait voter par les chambres les lois de juin 1881 instaurant la gratuité de l’enseignement primaire (16 juin) et la liberté sur les réunions publiques le 30. Le 29 juillet loi sur la liberté de la presse. Le 24 mars 1884 c’est la loi autorisant les syndicats. Jules Grévy est cependant opposé à la fois à la politique d’expansion coloniale voulue par Jules Ferry président du Conseil, et aux nationalistes revanchards  face à l’Empire allemand. Du 7 janvier 1886 au 17 mai 1887, le général Boulanger est ministre de la Guerre. La fin de son mandat voit apparaître la montée du Boulangisme, qui regroupe les mécontents dans l’opposition à la République. Il meurt dans sa ville natale le 9 septembre 1891 des suite d'une congestion pulmonaire.  Il c’est marié en 1848 avec Caroline Fraisse.

 

                                

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site