LE MONT SAINT MICHEL

 

                                

                                                                    vue aérienne du Mont Saint Michel     

 

                                                                                                                                                                                                                                                                 

 L’histoire du Mont Saint Michel se confond entre légende et réalité. Au début c’était un rocher de granit qui s’appelait le « Mont-Tombe » et il est entouré d’une épaisse forêt, peut-être la légendaire «  forêt de Scissy », qui recouvrait toute la baie jusqu’aux île Chaussey et s ‘étendait jusqu'à la mystérieuse « forêt de Brocéliande » de Merlin et de la fée Viviane. La légende nous dit qu’un gigantesque raz-de-marée transforma le paysage et qu’après le mont ainsi que le rocher de Tombelaine, son voisin, étaient devenues des îles.



HISTOIRE CONTEMPORAINE:

         L’histoire contemporaine du Mont remonte en 708. Aubert, l’évêque d’Avranches, suite aux apparitions de l’archange saint Michel, construit sur le Mont-Tombe, un oratoire en forme de grotte, pour louer saint Michel. De cet édifice il reste qu’un mur visible dans l’une des salles de l’abbaye (Notre Dame sous terre). Au IXème siècle Charlemagne choisit saint Michel pour protéger son empire. Le Mont-Tombe devient Mont Saint Michel. Les chanoines accueillent les pèlerins. En 933 le diocèse d’Avranches est rattaché à la Normandie. Le Mont devient normand et il est la dernière place forte devant les raids des vikings. En 966 le duc de Normandie, Richard Ier, remplace les chanoines par des moines bénédictins. Ils construisent Notre-Dame-sous-terre, une église préromane à double nef. C’est cette date qui est retenue comme celle de la fondation de l’abbaye. Les bénédictins sont de grands bâtisseurs et font construire une église et quelques bâtiments. Le Mont devient un centre de pèlerinage. Une petite ville se construit ainsi que des hôtels pour accueillir les pèlerins. Les moines, grâce aux dons, bâtisses de nouvelles constructions : Au sommet une église, puis un réfectoire, un dortoir, une aumônerie. L’abbé du Mont est sollicité par Guillaume le conquérant pour envahir l’Angleterre. L’abbé lui fait armer quatre bateaux. Après la victoire d’Hastings Guillaume fait dons de plusieurs territoires anglais à l’abbaye. Au XIIème siècle, le monastère connaît une période de grande prospérité. Avec le roi Philippe-Auguste, la Normandie est rattachée au domaine royal. Le roi finance la construction de la « Merveille », deux bâtiments de trois étages couronnés par le cloître et le réfectoire. Le style Roman fait place au style gothique plus élancé. La construction durera dix sept ans (1211-1228). Au début du XIVème siècle, quarante moines vivent dans l’abbaye. La guerre de Cent Ans (1337-1453), marque le début du déclin du Mont. En 1356, les Anglais prennent Tombelaine et commence le siège du Mont. Bertrand du Guesclin est nommé capitaine de la garnison du Mont et remporte plusieurs victoires et écarte la menace anglaise pour quelques années. En 1386, l’abbé Pierre le Roy, fait construire des fortifications (tours, châtelet). Le nouvel abbé, Robert Jolivet, fait construire des remparts et une citerne. Tous ces travaux assurent  inviolabilité du Mont. La ville et l’église abbatiale sont dévastés par la guerre.  Le chœur de l’abbaye est reconstruit en gothique flamboyant et les murs sont remplacés par des verrières inondant l’édifice de lumière. Louis XI instaure l’ordre des chevaliers de Saint-Michel. Il fait du Mont une prison. A partir de 1523 c’est le roi qui désigne le nouvelle abbé. Pendant la guerre de religion, le Mont est inviolé. Le Mont perd peu à peu son prestige. Ils y a de moins en moins de pèlerins et au XVIIème siècle il n’y a plus qu’une dizaine de moines.  En 1790 les moines sont chassés de l’abbaye et en 1792 tous les biens sont vendus. Avec la Révolution, le Mont devient une véritable prison. Les salles sont transformées en ateliers. L’administration pénitentiaire fait construire un planché, séparant en deux l’église abbatiale. Les bâtiments ne sont plus entretenus. En 1834 un incendie se déclare dans l’église abbatiale, transformée en atelier. La toiture est détruite. L’abbaye se dégrade de plus en plus. Des hommes célèbres (Hugo, Flaubert..) s’élèvent contre ce désastre et en 1863 la prison est  supprimée. L’abbaye est louée à l’évêque de Coutances. Les moines reviennent ainsi que les pèlerins. Elle est classée monument historique en 1874. L’architecte Edouard corroyer est chargé d’entreprendre les travaux de restauration. En 1880 une digue insubmersible est construite malgré l’opposition de diverses autorités. Les conséquences de cette construction est que le Mont redevient une île qu’aux grandes marées, et que la baie s’ensable. Un projet pour la suppression de la digue est en cours de réalisation. C’est une des rares villes de France à avoir conservé l’ensemble de ses fortifications médiévales.

 

       

la porte d'entrée avec le pont-levis                                           la porte du boulevard avec au fond  la porte du roi vers 1910

 

    

 la tour Boucle, tour à 4 pans, défendait le côté est du Mont     la tour Gabriel construite au XVIème siècle défendait le côté

                                                                                                     ouest du Mont

 

  

                       la montée vers l'abbaye                                                                   entrée de l'abbaye

 

                                      

                       l'intérieur de l'abbaye                                                                  le cloître

                                                                                                                                                                                                             

 

 

                                         

                                                                    le cloître et ses colonnes en quinconces

             

 

 

 

 

   La statue de saint Michel par Emmanuel Fremiet en 1897

 

 

 

 

                                                                                                                                                            

 

 

    

 

 

 

 

 

 relativement récente, la roue du monte charge a servit  sous l'administration pénitenciaire. Elle était actionnée par deux prisonniers qui marchaient à l'intérieur pour monter sur un plan incliné, un chariot de ravitaillement.                          

 

 

 

 

 

 

                      

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×