MASSENA

 

massena-1.jpg

MASSENA: André, duc de Rivoli, prince de Essling (Nice 1758 - Paris 1817)

     Il est né le 6 mai 1758 à Nice. Son père est un commerçant. Il est orphelin très jeune. De 1773 à 1775 il est mousse. Il s’engage l’armée en 1789. Quand  la Révolution éclate, il s’enthousiasme pour comme simple soldat au 1er bataillon d’infanterie légère (Royal-Italien) il y reste pendant 14 ans. Il devient sous officier et quitte les idées nouvelles  Il s’engage dans la Garde Nationale, il est rapidement nommé général de brigade le 22 août 1793, puis général de division le 20 décembre de la même année. Il est nommé général en chef de l’Armée d’Italie et il reçoit le commandement de l’avant-garde. A Rivoli (14 -16 janvier 1797) son action est décisive. Bonaparte le surnomme « l'enfant chéri de la Victoire». Le Directoire le nomme  commandement des troupes d’occupation des Etats Pontificaux mais il doit quitter son poste au bout de trois jours. Il va rester dans une espèce de disgrâce, jusqu'au 2 septembre 1799. Ce jour-là, il reçoit sa nomination à la tête de l'armée d'Helvétie. Il bat les Autrichiens et les Russes à Zurich. Après le 18 Brumaire, Bonaparte l’envoie en Italie. En février 1800 il est assiégé dans Gênes mais après trois mois de siège, il capitule (4 juin 1800). Il connaît de nouveau la disgrâce, peut-être pour ne pas avoir approuvé le coup d’Etat du 18-Brumaire. Il devient député en juillet 1803 et il vote contre le consulat à vie. Il reçoit néanmoins le bâton de maréchal de l'Empire (19 mai 1804). Il est Grand aigle de la Légion d'honneur (1805). Il est nommé commandant en chef de l'armée d'Italie. . Après le traité de Presbourg (26 décembre 1805), il conquéri le royaume de Naples. Le 19 mars 1808 il est fait duc de Rivoli. Il rejoint ensuite Napoléon en Pologne après la bataille d’Eylau (8 février 1807). En mars 1809 il rejoint la Grande Armée pour la campagne d’Autriche. Après les batailles de Landshut et d’Eckmühl (21 avril), il parvient à prendre Ebersdorff (3 mai), ouvrant ainsi la route de Vienne. Quand Lannes est tué à Essling (22 mai), il doit protéger le pont qui permet à l’armée française de se retrancher dans l’île de Lobau. A Wagram (5 et 6 juillet), il contient le gros de l’attaque autrichienne. A la fin de cette campagne, il est fait prince d’Essling. En 1810, il reçoit le commandement de l’Armée du Portugal. Il s'empare d'Almeida le 29 août, à l'issue d'un terrible siège. Il attend des renforts qui ne viendront pas. Il est forcé de se retirer en 1811. Une fois encore, il connaît la disgrâce de Napoléon. Il ne fera pas la campagne de 1812, ni celle de 1813, ni la campagne de France, alors que la France se bat sur son propre sol. Le 14 avril 1813 il est nommé gouverneur militaire à Marseille. A la première Restauration, Louis XVIII le garde dans ses fonctions et il est décoré de l'Ordre de Saint-Louis  Pendant les Cent-Jours, il se rallie à l’Empereur qui le nomme le 2 juin 1815 pair de France, mais il ne siège pas. Il commande la Garde nationale sous le gouvernement provisoire, refuse de faire partie du conseil de guerre appelé à juger le maréchal Ney. Il meurt le 4 avril 1817 à Paris.    

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×