Charlemagne

 

CHARLEMAGNE: Charles le grand: (742-Aix-la-Chapelle 814).
          Carolingien,
roi des Francs (768-814). Empereur romain d’Occident (800-814). Fils de Pépin le Bref et de Bertrade ou Berthe au grand pied. Carloman  Ier et Charlemagne sont rois et gouvernent ensemble. Carloman  Ier  meurt en 771. Charlemagne seul roi réforme l’unité des territoires francs. Il  va conquérir le royaume des Lombards qui menace l’Etat pontifical. Il répudie Emmengarde, la fille du roi des Lombards qu’il a épousée. Le roi Didier de Lombardie, enfermé dans Pavis, doit capituler. Charles ceint  la couronne de  fer  des Lombards  (774). Devant  les incessantes révoltes des Aquitains, Charles crée le royaume d’Aquitaine pour son fils Louis
(781). Le duc Tassilon de Bavière s’étant de nouveau soulevé, il est fait prisonnier puis enfermé dans un monastère (788). La lutte contre les Saxons durera plus de trente ans et occupera la plus grande partie de règne. Charles oppose à ces païens, adversaires des Francs, une guerre particulièrement violente doublée d’une christianisation à outrance. Une terrible loi franque institue en Saxe un véritable régime de terreur. Les résistances sont acharnées et seule la déportation massive des populations permet d’achever la conquête du territoire saxon. Charles soumet d’autres païens, les Avars, venus d’Asie; il convertit leur chef puis se tourne contre les Berbères musulmans d’Espagne. Un soulèvement des Saxons oblige l’expédition d’Espagne à faire retraite et au défilé de Roncevaux son arrière garde, conduit par son légendaire neveu Roland, est massacrée par les Basques (778). Il en résultera cependant une zone de 150 km de large, au sud des Pyrénées, formant  la Marche d’Espagne, Etat tampon qui isole le pays franc. En 790 la Bretagne revient à son fils Charles le Jeune. Il déplace sa capitale et se fixe à Aix-la-Chapelle. Désormais appelé Charlemagne, espoir de la papauté face à l’Empire romain d’Orient  (Byzance), il est sacré à Rome, par le pape Léon  III, empereur romain d’Occident  (800), titre ecclésiastique délivré par le pape, désignant le protecteur de l’ Eglise et le suzerain de tous les suzerains chrétiens d’Occident. Charlemagne tente d’ organiser ses nouveaux  territoires, placés sous la loi franque. Certains gardent une certaine autonomie (Aquitaine, Bavière, Lombardie). Le comte placé à la tête de chaque pays a des pouvoirs administratifs et militaires. Il est surveillé et conseillé par l’évêque. Les “missi dominici” envoyés de l’empereur (un laïque et un ecclésiastique) enquêtent pour faire respecter sa volonté dans le royaume. L’empereur substitue des ordres écrits aux ordres oraux par le moyen d’ordonnances, d’actes législatifs divisés en chapitres appelés “capitulaires”. Dans le domaine culturel, Alcuin, conseiller de Charlemagne, crée une école pour former les fonctionnaires. La mort frappe coup sur coup deux de ses fils légitimes sur les trois qui lui restent. Avec comme seul successeur, Louis  Ier qu'il associe au trône en 813, l’unité de l’empire est sauvegardée. 


                        

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×