IENA

 

 

 

                                                                 14 OCTOBRE 1806

 

     bataille-de-iena.jpgDurant l’été 1806, l’Europe est en paix. La rivalité France-Angleterre s’est amoindrie, Austerlitz et Trafalgar ayant établi la proéminence des deux royaumes dans leur domaine respectif. La mer pour la Grande-Bretagne, le continent pour la France. La mort de William Pitt, farouche adversaire de Napoléon a de plus amélioré le climat. Enfin, l’Angleterre n’est pas au mieux économiquement.  Frédéric Guillaume III de Prusse est très inquiet lorsque Napoléon réorganise, sans le tenir informé, le Saint-Empire en Confédération du Rhin, cette dernière trop favorable à la France. Pendant les mois d'août en septembre, la reine de Prusse, Louise de Mecklembourg Strelitz, attise la haine de l'armée et de la population prussienne à l'encontre des Français. Alexandre Ier, tsar de toutes les Russies et Frédéric Guillaume III se rencontrent à Potsdam, et jurent sur le tombeau du grand Frédéric II de Prusse de ne plus jamais se séparer avant la victoire sur la France. La Prusse, la Russie, la Suède, la Saxe et le Royaume-Uni (à la mort de son Premier ministre Fox, plus favorable à Napoléon), forment la quatrième coalition et mobilisent leurs troupes le 9 août. Le 7 octobre, le Roi de Prusse envoie un ultimatum à l'Empereur, le sommant de quitter la Prusse et l'ensemble des Etats allemands de la future "Confédération du Rhin". Napoléon refuse, l'affrontement est inéluctable. Le 13, l’armée prussienne se présente entre Capelsdorf et Auerstaedt, forte de près de cent cinquante mille hommes. La Grande Armée (180 000 hommes) envahit la Prusse avec pour objectif napoleon-a-iena.jpgBerlin. L’avant-garde, du maréchal Lannes, repousse un corps prussien à Saalfeld le 10 octobre. Le prince Louis Ferdinand de Prusse, le neveu du grand Frédéric y trouve la mort en combat singulier. Napoléon donne l'ordre à Davout de marcher sur Naumbourg, à une soixantaine de kilomètres au sud de Leipzig, pour prendre l'ennemi à revers et frapper ses arrières. Bernadotte est laissé en réserve, sur les hauteurs de Dornbourg, et doit prêter main-forte à Davout en cas de problèmes. Davout détruit la moitié de l'armée prussienne à Auerstäedt. Le 13 octobre, à la tombée de la nuit, Lannes arrive devant Iéna, que les Prussiens viennent d'abandonner. La ville est ravagée par les incendies nés des pillages. Ce site convient mal pour une bataille rangée. Il s'agit d'une vallée très encaissée, entourée d'une dense forêt. Au nord-ouest, le plateau de Landgrafenberg atteint 350 mètres, mais les Prussiens ont négligé de le garder, estimant ses pentes infranchissables. L’empereur va lui même diriger les travaux qui vont élargir l’étroit chemin afin d’y faire passer l’artillerie. Il parvient ainsi à surplomber l’armée prussienne concentrée devant lui. L'ordre d'attaquer est donné à six heures du matin. Un brouillard épais s’étale sur le champ de bataille. L’armée prussienne soutient avec succès l'assaut d'Augereau, mais il s'agit d'une opération de diversion. Soult, sur la droite, avec sa puissante artillerie, va pilonner les postions prussiennes les obligeant à se replier. Ney se poste en avant-garde et contient les contre-offensives allemandes. Napoléon stabilise le front en alignant ses ailes par rapport à son centre, mais Ney, enthousiaste, continue son avancée et fait charger ses troupes. Il se retrouve vite au milieu des lignes adverses. Hohenlohe contre-attaque avec toute sa cavalerie, soit vingt escadrons. Aidé de l'artillerie, Ney redresse la situation. Vers midi, les lignes prussiennes sont enfoncées. charge-des-hussards.jpgL’armée prussienne entame son repli quand apparaît la colonne du général von Rüchel marchant au canon. Celle-ci arrive malheureusement trop tard pour sauver ce qui reste des Prussiens, et ces renforts ne tiennent pas face à l'élan des troupes impériales toujours plus nombreuses sur le plateau. En peu de temps, ces forces se joignent aux fuyards qui quittent le champ de bataille. Contrairement à Austerlitz, Napoléon donne l'ordre de s'élancer sur les traces des Prussiens. Murat progresse si vite qu'il saisit à l'entrée de Weimar l'artillerie et les bagages des Prussiens. La reine Louise de Prusse, « âme damnée » de la guerre, s'enfuit par une porte de la ville tandis que les Français entrent par l'autre. On dénombrera 12 000 morts chez les Prussiens et 6 000 chez les Français. À cela s’ajoute 14 000 prisonniers. Le même jour la victoire française d'Auerstaedt (Davout avec 27 000 hommes bat les 60 000 soldats prussiens de Brunswick) amplifie l’ampleur du triomphe. La Prusse a perdu 45 000 hommes et toute son artillerie. Le 17 octobre, Bernadotte écrase le prince de Wurtemberg. Le 27 octobre 1806, soit moins d'un mois après être entré en campagne, Napoléon entre à Berlin. L'armistice est signé le 30 novembre. Le sort de la Prusse est décidé le 9 juillet 1807 par le traité de Tilsit.iena

                                                                                     Napoléon à la bataille de Iena

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×