Bernadotte

 


BERNADOTTE :  Jean-Baptiste Jules, prince de Ponte-Corvo, Roi de Suède et de Norvège (Pau 1763 - Stockholm 1844).
       Il est né le 26 janvier 1763 à Pau. Son père est procureur au sénéchal de Pau. Il s'engage dans l'armée royale en 1780. Au début de la Révolution il n'est que sergent.  Il devient adjudant en 1790. Il se distingue dans les armées du Rhin et Sambre et Meuse. Kléber le fait général de brigade en juin 1794, il prend part à la bataille de Fleurus (26 juin 1794), il devient général de division en octobre de la même année. En 1797 il quitte l'armée du Rhin pour apporter son soutien à Bonaparte en Italie. En 1798, sous le Directoire,  il est ambassadeur à Vienne puis en 1799, ministre de la guerre. Les relations avec Bonaparte sont antipathiques et il ne le soutien pas pour son coup d'Etat du 18 Brumaire. Par son mariage, il devint le beau-frère de Joseph Bonaparte. Il est compromis dans la conspiration des «  libelles », dite aussi des « pots de beurre »  organisée par son chef d'état-major, le général Simon. Il est privé de commandement. Cependant, Napoléon le nomme maréchal en 1804, il devient Grand Aigle de la Légion d'Honneur en 1805, prince de Ponte-Corvo en 1806. Sur le théâtre militaire, il ne se montre pourtant guère brillant, que cela soit à Austerlitz ( 2 décembre 1805), Auerstaedt (14 octobre 1806), Eylau (8 février 1807) ou Wagram (5-6 juin 1809). Après avoir forcé les Prussiens de Blücher à capituler en rase campagne, il traite les officiers de la division suédoise faite prisonnière à Lübeck avec politesse et respect. Ce comportement, exemplaire aux yeux de la Diète de Stockholm, ainsi que le désir de la Suède de se rapprocher de la France pour contrer la Russie, ont une conséquence inattendue : le 21 août 1810, les Etats généraux d’Œretro choisissent ce maréchal français comme prince héréditaire de Suède. Il fut adopté par le vieux roi Charles XIII. Il rejoint en 1813 la coalition formée contre la France et manifeste enfin un talent militaire. Il bat Oudinot, puis Ney et prend une part prépondérante à la bataille de Leipzig. Lors de la campagne de France, en 1814, il commande l’Armée du Nord. Il envahit son ancienne patrie en passant par la Hollande et la Belgique. Il ne se mêla pas des affaires de la France pendant les Cent-Jours. Il devint roi de Suède et de Norvège en 1818, sous le nom de Charles XIV. Son règne fut libéral. Il est l'ancêtre de nombreux souverains qui règne aujourd'hui en Europe (Suède, Norvège ). Il meurt à Stockholm le 8 mars 1844. C'est le seul homme français qui monta sur un trône d'Europe et qui y restera après la fin de l'Empire. La légende dit qu'il ne se laissa jamais osculter le torse nu car il avait tatoué "Mort aux rois".  Il épousa Désirée Clary en 1798. De cette union naquit un fils Oscar (4 juillet 1799) qui deviendra roi de Suède et de Norvège en 1844.  

 

 

                                 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×